Les enjeux industriels

Il y a quelques années, je « décryptais » avec fascination les manifestes de Netochka Nezvanova, qui dans de longues pages ascii (texte vert sur fond noir) exposait la nouvelle révolution numérique, elle/il parlait de la « bit society ». On lisait que la société numérique succédait à une société industrielle, et que les paradigmes s’en trouvaient évidemment profondément changés. Exit l’usine. Rentré donc dans une ère transparente et flottante du monde numérique et du cyberspace, il n’y avait donc plus de cambouis. Tous les jours en utilisant google, j’avais à faire à un interlocuteur extrêmement proche qui ne s’encombrait pas d’un portail compliqué à la yahoo, pour m’offrir le résultat de mes recherches. Je fus d’ailleurs naïvement surpris dans le début des années 2000 de voir que google comptait déjà plusieurs centaines d’employés, alors que la simplicité de la page de garde m’avait donné l’impression d’avoir à faire à une petite société, presque artisanale, répondant simplement à mes requêtes.

Le 18 mai 2008, Christian Fauré mettait en ligne la vidéo de son intervention lors d’un séminaire de l’association Ars Industrialis, et alors seulement ce jour, j’ai compris que j’avais été endormi par Google toutes ces années. J’ai compris que cette société qui commerçait avec moi depuis déjà plusieurs années, n’était pas une entité dans les limbes d’un réseau internet invisible aux contours indéterminés, mais bien une usine. J’ai compris que la révolution numérique n’en était pas moins et toujours basée sur des enjeux industriels forts, d’industrie lourde pourrait-on même dire. Il s’avère que répondre aux milliards de requêtes quotidiennes nécessite une infrastructure lourde, matérialisée par des centres de calcul aux contraintes bien matérielles que sont l’utilisation d’énergie productive (faire fonctionner les serveurs) et la gestion de l’énergie « négative » (gérer les déperditions de chaleur, donc le refroidissement). Selon Christian donc, que google dispose de salles blanches au pôle nord ( autre lieu blanc…) n’est pas tant que cela une lubie : plus les utilisateurs vont solliciter ces centres de calcul, plus la question du refroidissement des machines sera prégnant. Christian rappelle d’ailleurs que la consommation des centres de calcul aux Etats-Unis est de 3 ou 5% (de souvenir) de l’énergie consommée outre atlantique : énorme.

Et oui, ce n’est plus une histoire de bits innocents, d’interfaces graphiques immaculées, ce sont des histoires d’industrie lourde, de titans. La mise au jour de cette dimension de l’informatique est tout à fait intéressante et rappelle la dimension même « d’industrialisation » de nos rapports aux outils et services informatiques aussi simples et invisibles qu’ils n’y paraissent. Cette notion d’industrialisation est aussi au coeur des réflexions permanentes du groupe de réflexion d’ars industrialis, mené évidemment grandement par Bernard Stiegler, dont une fois encore, Christian nous offre régulièrement les compte-rendus vidéo.

Pour cela, pour ce travail répété de mise en lumière des processus industriels à l’oeuvre dans notre commerce avec l’informatique et les réseaux, il faut lire le blog de Christian Faure.

Une réflexion au sujet de « Les enjeux industriels »

  1. Merci pour ce billet Claude.
    Les aspects industriels ne doivent pas pour autant masquer la réflexion, la créativité et l’art : il faut donc aussi lire le blog de Claude Le berre 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *