blog est mort, vive blog

Le dernier article de ce blog date du 3 janvier 2011, soit donc approximativement 3 ans.
Les premiers articles de ce blog datent de l’année 2004, soit donc 10 ans.

Ces deux durées indiquent que ce blog est mort d’une certaine façon, bien qu’il reste présent en tant qu’archive.

En 2006 je me souviens d’un échange avec Grégory Chatonsky au sujet de la fin des blogs (http://chatonsky.net/fragments/la-fin-des-blogs/), et il faut bien reconnaitre que son article était tout à fait prémonitoire.

Je pense que les multiples outils de capture 2.0, comme twitter notamment, sont venus occuper un espace trop grand d’attention et ont mené à cette désertion du lieu du blog qui demandait finalement un engagement bien plus important. Le nouveau périphérique de capture (de nos temps et nos attentions) qu’est le smartphone apparu sous une forme nouvelle en 2007 (une forme d’interaction plus efficace) est le second grand responsable de cette désaffection du temps long au profit du temps court.

Pour autant, l’émergence de ces outils de disruptions courtes de notre attention (quand bien même s’agit-il d’une attention « pseudo »-créatrice qui reviendrait à re-tweeter ou faire un commentaire court de 140 caractères) induit aussi le retour de plate-formes journalistiques qui font la part belle au contenu des articles. La plateforme medium (http://www.medium.com) fondée par le fondateur même de twitter semble proposer un modèle de plateformes de diffusion plus orienté vers un retour de l’article long. Il est assez intéressant de constater que la plateforme medium elle-même indique en amont de chaque article la durée précalculée de lecture l’article.

Au sein de cette désaffection généralisée, et en ces périodes où les « éditorialistes » rivalisent de nullité et de flagornerie à l’égard de tous les pouvoirs, des auteurs persistent à entretenir des « journaux de bords » d’une incroyable rigueur et érudition. Je pense notamment à ce blog de Jean-Noël Lafargue, qui justement se nomme « Le dernier des blogs« .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *